Antoine Pas de commentaire

La prévention de la déshydratation chez les patients atteints de maladies chroniques

Les personnes atteintes de maladies chroniques ont plus de risque de souffrir de déshydratation. Pourquoi ? Comment prévenir les risques chez ce type de patient ? Les réponses.

Les maladies chroniques sont des facteurs aggravant la déshydratation

Cardiopathie, cancer, maladie d’Alzheimer, affection respiratoire chronique, diabète… Les maladies chroniques regroupent les affections de longue durée qui peuvent être évolutives. D’après le ministère de la santé, en 2012, 37 % des plus de 15 ans, soit 19 millions de personnes, étaient atteintes d’une maladie chronique en France. Pour 13 millions de ces personnes, la maladie induit un retentissement dans leur vie quotidienne. Pour cause, les maladies chroniques peuvent générer une perte d’autonomie ou des incapacités. Ainsi, certains gestes du quotidien, comme se déplacer pour aller chercher un verre d’eau, se servir à boire ou boire, peuvent devenir compliqués en raison de la maladie. De plus, les traitements (notamment lorsqu’ils contiennent des médicaments diurétiques) peuvent aussi favoriser la déshydratation. C’est dans ce contexte que les maladies chroniques sont des facteurs de risque de déshydratation.

Zoom sur les personnes âgées atteintes de maladies chroniques

Chez les personnes âgées souffrant de maladies chroniques le risque de déshydratation est majoré. En effet, en plus d’une perte d’autonomie liée à la maladie, l’âge et les traitements peuvent également induire un risque de déshydratation. En effet, les seniors retiennent moins bien l’eau et le sel que l’adulte et ont une sensation de soif amoindrie. De plus les traitements, notamment diurétiques, peuvent aussi majorer le risque de déshydratation. C’est pourquoi, dans les établissements qui accueillent les personnes âgées, le personnel doit être extrêmement vigilants. Il en est de même pour les aides à domiciles.

Maladie chronique : comment prévenir la déshydratation chez les patients âgées ?

Pour prévenir la déshydratation des personnes atteintes d’une maladie chronique, le personnel soignant des établissements de santé ou les aides à domicile, doivent dans un premier temps informer les patients des facteurs de risque de la déshydratation. Ils doivent aussi les solliciter et les encourager à boire. Pour cela, ils peuvent instaurer des rituels, proposer différents types de boissons, conseiller les personnes sur la quantité d’eau à consommer par jour, etc. En cas de problèmes d’autonomie, ils doivent mettre en place diverses solutions pour faciliter l’hydratation (faciliter la prise en main des verres ou carafes, proposer de boire avec une paille…). Enfin, il s’agit aussi d’établir un suivi de l’hydratation des malades (notamment dans les établissements de santé).

Pour apporter une aide aux professionnels soignants dans leur travail sur le terrain, certaines innovations existent. Par exemple, Auxivia propose des verres connectés pour lutter contre la déshydratation. Leur fonctionnement offre de nombreux avantages. Les verres sont faciles à utiliser et ils rappellent à la personne de boire grâce à une alerte lumineuse. Pour les professionnels, ces verres permettent de suivre et contrôler l’hydratation des patients. En effet, les verres comptabilisent l’eau qui a été bue (et non renversée). Via une plateforme connectée, les données hydriques sont enregistrées et peuvent être personnalisées (objectif d’hydratation précis, alerte en cas d’hydratation insuffisante). Autant d’atouts, qui font des verres connectés d’Auxivia, un outil précieux dans la lutte contre la déshydratation des personnes âgées et/ou en perte d’autonomie.

Pour avoir plus d’informations sur nos verres connectés ou pour les mettre en place dans votre structure, n’hésitez pas à nous contacter.

Antoine Pas de commentaire

Verre connecté : quels avantages pour les professionnels de santé ?

Fondé en 2015, Auxivia a développé le premier service automatisé de suivi et de traçabilité de l’hydratation. Grâce à un verre connecté, le suivi hydrique des patients est mieux pris en charge. Quels sont les avantages de cet objet connecté pour les professionnels de santé ? Explications.

Antoine Dupont et Vincent Philippe fondent en 2015 Auxivia, une société qui développe et commercialise des solutions innovantes pour améliorer la qualité de vie et la prise en charge des personnes en perte d’autonomie en maison de retraite ou à domicile. Ils créent un premier service de suivi et de traçabilité de l’hydratation, basé sur des verres connectés afin de suivre plus efficacement la quantité d’eau bue par les patients. En effet, la déshydratation est une source importante d’hospitalisation de soins jugés invasifs tels que la perfusion et de coûts. D’autre part, la déshydratation a de graves conséquences sur les personnes les plus fragiles (fatigue intense, vertiges, risques de chutes, tachycardie, état confusionnel…). Ces dernières sont d’autant plus touchées par la déshydratation qu’elles ont une sensation de soif diminuée et oublient de boire.

Le verre connecté Auxivia, dont l’utilisation est similaire à un verre classique, incite les personnes suivies à s’hydrater grâce à un système lumineux qui se déclenche pour rappeler de boire. Ces verres comptabilisent l’eau bue (et non renversée) pour un suivi hydrique efficace. L’ensemble des informations collectées sont remontées sur une plateforme de suivi qui permet d’obtenir des données fiables et de fixer des objectifs personnalisés aux patients. En prime, l’interface s’adapte à d’autres logiciels de soins, cela permet une mise en place rapide et efficace du système !

Verre connecté, un outil de prévention et de surveillance

Auparavant, afin de suivre l’hydratation de patients, le personnel soignant s’appuyait en grande partie sur des fiches de suivi papier, peu fiables et chronophages, ainsi que sur les déclarations des patients. Or, ils se sont aperçus que ces derniers surestimaient la quantité d’eau bue. Le verre connecté permet aux personnels soignants d’avoir des données fiables sur les prises hydriques réelles des patients. Ces données sont essentielles et permettent ainsi de rectifier, déclencher ou annuler un protocole de soin. Le verre connecté est donc un allié efficace du personnel soignant dans la prise en charge des patients.

Le suivi de personnes en risque de déshydratation est facilité par le verre connecté qui enregistre quotidiennement les prises hydriques de manière fiable. Ces données sont disponibles sur une plateforme intuitive. De même, la quantité d’eau bue peut-être paramétrable et ainsi offrir aux patients des soins sur-mesure en fonction des pathologies. Une aide précieuse pour le personnel soignant qui peut suivre efficacement ces objectifs et se libérer du temps pour des soins plus techniques.

Le verre connecté améliore également les transmissions, que ce soit entre personnels soignants (infirmières, médecin, aides-soignants…), mais aussi entre le personnel, le patient et les familles. En effet, le personnel soignant peut avoir des difficultés pour suivre la prise hydrique sur 24 heures. Bien entendu, les équipes de jour et de nuit se transmettent les informations, mais, en cas d’oubli l’interface de suivi hydrique permet d’avoir des données fiables. Cela permet de mettre en place un protocole rapidement et d’agir en amont pour une prise en charge optimale des patients. De même, le verre connecté est un outil utile de prévention et de promotion de la santé notamment pour les patients et leur famille. Cela permet ainsi d’ouvrir la discussion sur l’hydratation et de sensibiliser les proches.

Valoriser le travail des soignants

Auxivia se préoccupe du bien être des patients ET du personnel médical. Le verre connecté a ainsi un double usage :  la prévention de la déshydratation chez les personnes dépendantes et/ou âgées, et une aide au quotidien pour le personnel soignant. Par sa facilité d’utilisation, son côté ludique et son interface intuitive, l’ensemble du personnel médical peut suivre de manière optimale les patients et transmettre des informations quotidiennes entre collègues ou aux familles des patients. Cet outil permet de valoriser le cœur de métier du personnel soignant : la prise en charge globale des personnes. D’ailleurs, cette dernière est optimisée grâce au verre connecté. En effet, les difficultés rencontrées pour suivre 24 heures sur 24 la consommation d’eau des patients sont rendues obsolètes grâce aux nouvelles technologies ! D’autre part, il ne faut pas négliger la nouvelle dimension « innovation » du métier de soignants, qui participe pleinement à son attractivité et dont AUXIVIA participe pleinement.

Toute l’équipe d’Auxivia a à cœur d’innover dans le secteur médico-social. Le verre connecté a ainsi été pensé pour valoriser les équipes soignantes, que ce soit en EPHAD ou en service à domicile. Il permet d’optimiser de manière précise et efficace la prise en charge des patients. S’inscrivant dans une véritable démarche du « bien vieillir », Auxivia travaille main dans la main avec les professionnels de santé pour répondre à leurs besoins et à ceux des patients. Pour en savoir plus sur notre verre connecté, n’hésitez pas à nous contacter ou à visiter notre site. Des plaquettes destinées aux professionnels sont à votre disposition. Vous pouvez aussi nous contacter via notre formulaire en ligne.

Antoine Pas de commentaire

Le coût de la déshydratation dans les EHPAD

Prévenir la déshydratation des personnes âgées est essentiel dans les EHPAD, car l’âge, et la perte d’autonomie sont des facteurs aggravant les risques de cette pathologie. Si ces structures médicalisées proposent une prise en charge de qualité, certaines technologies peuvent l’améliorer et réduire les impacts financiers liés à la déshydratation. Explications.

La déshydratation en chiffres

Rappelez-vous, en 2003, la France est touchée par une canicule exceptionnelle. Les températures records provoquent une véritable crise sanitaire. Selon l’Inserm, cette canicule aurait provoqué la mort de 19 490 personnes en France. Parmi les tranches de population les plus touchées ? Les personnes âgées, et notamment, les plus de 75 ans. À la suite de cet événement, les autorités prennent des mesures pour sensibiliser la population et mettent en place des procédures afin de limiter les risques sanitaires liés à la chaleur et à la déshydratation. Aujourd’hui, la prévention et les procédures mises en place semblent porter leurs fruits. Lors du dernier épisode de canicule de 2018 (deuxième été le plus chaud de l’histoire), 1 500 personnes seraient décédées des conséquences de la chaleur. Selon la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, aujourd’hui, 1 % des passages aux urgences seraient causés par des pathologies en lien avec la chaleur. Un chiffre qui grimpe à 3,7 % pour les plus de 75 ans. Parmi les personnes accueillies aux urgences en raison de la chaleur, la moitié souffre de déshydratation.

Concernant l’impact financier de la déshydratation, notamment pour les établissements qui accueillent des personnes âgées (particulièrement à risque), les chiffres manquent concernant les coûts liés aux moyens mis en œuvre pour prévenir la déshydratation. On sait seulement qu’en EHPAD, la déshydratation est l’une des cinq pathologies entraînant le plus de dépenses. En effet, 51 % des EHPAD auraient quotidiennement des résidents en perfusion (liée à la déshydratation). En moyenne, les traitements coûtent 750 euros par cas. Enfin, en cas d’hospitalisation, il en coûte en moyenne 6 000 euros… *

Déshydratation : quelle prise en charge dans les EHPAD ?

Au-delà de la chaleur, d’autres facteurs liés au vieillissement (diminution de la sensation de soif, altération des fonctions rénales), à des maladies et leurs traitements (médicaments diurétiques), ou à une perte d’autonomie (difficultés à se servir à boire par exemple) peuvent augmenter les risques de déshydratation chez les personnes âgées. Dans les EPAHD, le personnel soignant sait parfaitement reconnaître, prévenir et gérer ces risques. En effet, des procédures sont prévues et les équipes ont à cœur d’organiser avec soin la prise en charge de la déshydratation. Les équipes de ces structures mettent en place des dispositifs de veille permanents afin d’identifier les signes de déshydratation. Elles échangent entre elles pour faire circuler l’information, mais également avec les résidents et leur entourage. Elles informent sur les quantités à boire chaque jour. Elles proposent divers types de boissons (eau plate ou gazeuse, infusion, thé, café, bouillon, jus de fruit, etc.), et offre une alimentation suffisamment salée. Elles organisent et facilitent l’accès aux boissons. Elles incitent aussi à augmenter les quantités de boissons quand il le faut (hausse des températures, fièvre ou autres pathologies). Le but : s’adapter aux besoins et attentes de la personne accompagnée pour une prise en charge optimale. Or, une prise en charge de qualité nécessite du temps et des moyens…

Quelles solutions pour améliorer la prise en charge de la déshydratation dans les EHPAD ?

Afin d’améliorer la prise en charge de la déshydratation dans les EHPAD, Auxivia propose une solution innovante : des verres connectés. Leur fonctionnement offre de nombreux avantages pour les structures qui accueillent des personnes âgées. Pour les résidents, les verres sont faciles à utiliser (comme des verres normaux) et ils leurs rappellent de boire grâce à un signal lumineux. Il s’agit d’un outil motivant pour les patients. Pour les professionnels, ces verres permettent de suivre et contrôler l’hydratation des résidents. En effet, les verres comptabilisent uniquement l’eau qui a été bue (et non renversée). Via une plateforme de suivi, les données hydriques sont enregistrées et peuvent être personnalisées (objectif d’hydratation précis, alerte en cas d’hydratation insuffisante). Ainsi, les professionnels peuvent remonter beaucoup plus rapidement l’information et davantage adapter la prise en charge des résidents. De plus, la mise en place des verres connectés permet d’économiser des heures de suivi d’hydratation, sans pour autant en négliger la fiabilité. Enfin, la précision du suivi apporte une sécurité complémentaire pouvant permettre de limiter les perfusions et l’hospitalisation dont les coûts sont élevés.

Pour avoir plus d’informations sur nos verres connectés, ou pour les mettre en place dans votre structure, n’hésitez pas à nous contacter.

(*) Sources :

auxivia Pas de commentaire

Auxivia aux côtés de Bastide Le Confort Médical – newsletter mai 2019

EDITO

Chers professionnels,
Aujourd’hui plus de 50 Ehpad nous font confiance et grâce à un nouveau partenariat commercial avec Bastide Le Confort Médical, sur l’ensemble du territoire français, notre présence dans les territoires va considérablement s’accélérer dans les prochains mois.
En parallèle des EHPAD, ce sont aussi les USLD (Unité de Soins Longue Durée) qui découvrent tout l’intérêt du service AUXIVIA pour leurs malades. L’USLD des Hibiscus à Lyon a accepté de partager son expérience dans l’utilisation des verres connectés AUXIVIA. Retrouvez son témoignage dans cette Newsletter.
Enfin, nous serons présents sur de nombreux salons en mai et début juin, alors à vos agendas !
Très bonne lecture à tous,
Antoine Dupont, Président d’AUXIVIA

L’ACTU

AUXIVIA vient de conclure un partenariat avec Bastide Le Confort Médical, acteur majeur de la prestation de santé mais également de la vente et de la location de matériel médical destiné aux collectivités telles que les hôpitaux, les cliniques et les EHPAD.

A compter du 1er juin, près de 50 commerciaux de Bastide Le Confort Médical vont proposer notre service de suivi de l’hydratation à leurs clients EHPAD.

Ce partenariat permet à AUXIVIA d’accentuer sa présence sur l’ensemble du territoire français et de voir son service de prévention de la déshydratation proposé à plus de 2000 EHPAD !

 

LES EXPERTS ONT LA PAROLE

AUXIVIA a équipé l’USLD « les Hibiscus » à Lyon en septembre dernier. Entretien avec Mme Evelyne Romanotto, cadre de soins.

Pourquoi avoir décidé d’équiper vos patients du verre connecté AUXIVIA ?

Le personnel soignant est jeune dans sa majorité et apprécie les nouvelles technologies. C’est suite à la démonstration par un commercial du verre connecté AUXIVIA et parce qu’il bénéficie des recommandations de l’ARS que nous avons décidé d’équiper certains de nos résidents du verre connecté AUXIVIA en septembre 2018.A quel profil de patients l’avez-vous réservé et combien de malades bénéficient du service AUXIVIA ?

Nous avons choisi les patients les plus âgés. Dans notre service ce sont des malades polypathologiques, plutôt en fin de vie. Pour le moment, cinq personnes en sont équipées. Nous avons proposé le service à 2 profils de population complètement opposés : à ceux qui sont en restriction hydrique et à ceux qui d’apparence sont déshydratés ou en tous cas boivent peu. Auparavant, on n’arrivait jamais à quantifier leurs prises hydriques, les données étaient trop aléatoires et peu précises sur les fiches d’alimentation, le médecin ne pouvait pas les exploiter. A présent, nous avons la possibilité de paramétrer le logiciel, en précisant la quantité d’eau bue souhaitée.
Quels bénéfices avez-vous pu constater ? Pour le patient ? Pour le personnel soignant ?
En suivant les prises hydriques, cela permet au médecin d’agir en amont, par exemple d’installer une perfusion pour la nuit et d’éviter ainsi les conséquences d’une sous-hydratation, qui peut conduire notamment à des infections urinaires. On surveillait les urines, concentration, odeur, qui nous faisaient suspecter une infection urinaire, on avait tendance à traiter les conséquences de la déshydratation plutôt que la déshydratation. A présent, nous avons beaucoup moins d’infections urinaires chez ces patients.
Le personnel soignant peut surveiller la prise hydrique de l’ensemble des patients, car un verre qui clignote leur fait penser à faire boire tous les malades, y compris ceux qui ne sont pas équipés du verre connecté. Cela a déclenché un réflexe chez le personnel soignant.

AGENDA

En mai et juin, nous serons présents sur de nombreux salons. Venez nous rencontrer !

Les 24 et 25 Mai : 51ème Journée de Gérontologie à Rennes, au CHU, couvent des Jacobins.

Le 28 Mai : Journée inter Régionale des Infirmières Coordinatrices (FFIDEC), à Paris, à la Maison des Associations de Solidarité.

Le 6 juin : Congrès Age3 à Toulouse, au Centre de Congrès et d’Exposition Diagora.

auxivia Pas de commentaire

Innovons dans le médico-social – newsletter avril 2019

EDITO

Chers professionnels,

La prise en charge des personnes en perte d’autonomie fait débat actuellement et va nécessiter d’importants moyens budgétaires, mais se pose la question de son financement. Une récente étude IFOP a demandé l’avis aux Français sur cette question cruciale. Nous tenions à partager avec vous les principaux résultats de ce sondage.

AUXIVIA continue sa collaboration avec les SSIAD. Découvrez le témoignage d’un directeur de CCAS qui expérimente le service AUXIVIA.

Enfin, nous serons présents sur de nombreux salons en mai, alors à vos agendas !

Très bonne lecture à tous,

Antoine Dupont, Président d’AUXIVIA

L’ACTU

Les Français plutôt favorables à un système d’assurance-dépendance obligatoire

Selon un sondage IFOP, réalisé en Février, à la demande du Cercle de l’Epargne et de l’association d’assurés Amphitéa, près de 37% des Français (44% des 65 ans et plus) estiment que la dépendance devrait être financée par un système d’assurance obligatoire à prendre au moment du départ à la retraite.
39% d’entre eux seraient plutôt favorables à un financement par les impôts ou les cotisations sociales.
Pour faire face à la perte d’autonomie des personnes âgées, ils sont en revanche seulement 14% à préférer une ponction sur l’héritage et 10% une contribution des enfants et petits-enfants même si celle-ci se fait en fonction de leurs moyens.

Lire les résultats complets de l’étude : https://www.ag2rlamondialematmut.fr/enquete-2019-cercle-de-lepargne-amphitea-les-francais-la-retraite-et-lepargne/

LES EXPERTS ONT LA PAROLE

AUXIVIA vient de mettre en place un partenariat avec le CCAS de Menton. Entretien avec Monsieur CLAUDE, Directeur du CCAS de Menton.

Pourquoi avoir mis en place ce partenariat avec AUXIVIA ?

L’utilisation des objets connectés nous intéresse dans le maintien à domicile des personnes âgées.
Le CCAS de Menton pilote un SSIAD. Nous expérimentons AUXIVIA sur 2 publics différents : des usagers du SSIAD et des personnes inscrites sur le registre climatique.
Nous utilisons les verres connectés AUXIVIA dans le cadre des soins infirmiers à domicile, nous ne ciblons pas les malades spécifiquement, nous proposons le verre connecté à des volontaires qui accepteraient de participer à l’expérimentation de suivi et de stimulation de la consommation hydrique.
Notre service social gère le registre climatique des personnes fragiles, nous suivons une cohorte d’environ 150 personnes et il nous semble intéressant d’utiliser AUXIVIA pendant la période estivale, pour inciter les personnes à boire davantage d’eau.
Pendant la période d’été, nous allons installer 30 verres connectés, puis éventuellement étendre le dispositif à toutes les personnes inscrites sur ce registre, qui sont des personnes fragiles et isolées et donc à risque de déshydratation.

A quel profil de personnes avez-vous proposé le service AUXIVIA ?

Il n’y a pas de profil particulier. Le SSIAD intervient dans le cadre du maintien à domicile, on ne s’adresse pas seulement à des malades mais aussi à des personnes âgées qui souhaitent rester chez elles.
Pour le moment, une dizaine de personnes bénéficient du service AUXIVIA. Nous souhaitons, dans un 1er temps, voir comment cela fonctionne, comment les personnes le perçoivent, identifier les freins, quel type de personnes peut être intéressé par le dispositif.
Coupler la mise en place du verre AUXIVIA à notre protocole d’hydratation est une solution que nous pourrions, à termes, mettre en place de manière systématique.

Depuis combien de temps avez-vous mis en place cette expérimentation ? Quels bénéfices avez-vous pu constater ?

Nous l’avons mis en place depuis 3 mois, certains bénéficient du service AUXIVIA depuis un mois. Il faut attendre encore 1 ou 2 mois pour avoir des résultats probants. Il y a des adhésions, c’est déjà un bon résultat en soi.
Nous allons lancer prochainement une campagne de communication auprès des personnes de plus de 60 ans de la ville de Menton pour leur proposer de participer à l’expérimentation, qu’elles soient ou non inscrites sur le registre climatique. On devrait avoir des adhésions et des retours intéressants.

AGENDA

En mai, nous serons présents sur de nombreux salons. Venez nous rencontrer !

Le 16 Mai : Salon Age3 à Lyon, Parc des Expositions
Les 16 et 17 Mai : Colloque Grand Age à Poitiers, au Palais des Congrès du Futuroscope
Les 24 et 25 Mai : 51ème Journée de Gérontologie à Rennes, au CHU, couvent des Jacobins.

LA PRESSE EN PARLE

L’émission « La Quotidienne » sur France 5 a consacré une présentation des verres connectés le 9 avril 2019, vous pouvez voir ou revoir cet extrait en suivant ce lien :
https://www.youtube.com/watch?v=rbBd_sABTf4

auxivia Pas de commentaire

Innovons dans le médico-social – newsletter mars 2019

EDITO

Chers professionnels,

La prise en charge des personnes âgées en perte d’autonomie est au cœur de l’actualité depuis quelques mois. Récemment, la filière Silver Economie a remis à la Ministre des Solidarités et de la Santé sa feuille de route qui préconise, entre autres, le développement des nouvelles technologies au sein des EHPAD et des établissements spécialisés. Le 28 mars dernier, Dominique Libault remettait son rapport sur la dépendance à Agnès Buzyn, lui soumettant 175 propositions, qui viendront nourrir le futur projet de loi. Nous avons souhaité revenir sur ces sujets, au cœur de vos préoccupations.

Enfin, pour mieux nous connaître, venez nous rencontrer au SYNERPA TOUR à Narbonne début Avril.

Très bonne lecture à tous,

Antoine Dupont, Président d’AUXIVIA

L’ACTU

Une nouvelle feuille de route 2019/2020 pour la filière Silver Economie

En octobre dernier, Agnès Buzyn décidait de relancer la filière Silver Economie. Une feuille de route a été remise à la Ministre des Solidarités et de la Santé en février. Elle a pour objectif de fixer « un cadre de travail » et quelques principes d’orientation des travaux de la filière pour les deux années à venir dont l’apport des nouvelles technologies dans les établissements et services médico-sociaux et plus précisément l’utilisation des innovations technologiques et numériques dans les EHPAD, les Résidences seniors, les hôpitaux et les services d’aide et de soins à domicile.

Concertation Grand Age et autonomie : où en est-on ?

Le 28 mars dernier, le rapport Libault a été remis à la Ministre des Solidarités et de la Santé, suite à la concertation Grand Age et Autonomie. C’est quelques 175 propositions qui ont été émises et qui pourront alimenter le projet de loi d’Agnès Buzyn. Il prévoit 9,2 milliards de dépenses publiques supplémentaires par an d’ici 2030 et s’articule autour de 3 objectifs principaux : adapter et moderniser l’offre, rendre les métiers du grand âge plus attractifs et réduire le reste à charge des résidents et de leur famille.

Le rapporteur propose, entre autres, de confier le financement public (92 % de la dépense) à la seule Assurance maladie, devenant ainsi le seul interlocuteur pour les EHPAD. Il souhaite également que soient consacrés 3 milliards d’euros à un « grand plan de rénovation » des EHPAD publics, souvent vétustes, mais aussi de créer un nouveau statut pour ces établissements, qui pourraient ainsi offrir un hébergement classique et des logements en location, ou accueillir temporairement des résidents.

Enfin, le rapport conseille d’augmenter les effectifs en EHPAD, passant ainsi de 52 professionnels pour 100 résidents à 65 et que le personnel soit mieux formé notamment à la gérontologie et à la maladie d’Alzheimer.

Une « grande loi » sur la dépendance sera présentée en Conseil des Ministres « à l’automne », a annoncé jeudi dernier la ministre des Solidarités et de la Santé, lors de la remise de ce rapport.

Nous ne maquerons pas de vous tenir informé sur ce sujet.

LA PRESSE EN PARLE

La technologie pour bien vieillir
Le centre hospitalier de Tréguier, dans les Côtes d’Armor, mise depuis 2017 sur la technologie pour améliorer le quotidien des personnes âgées.

Voir le reportage

La santé connectée
AUXIVIA, jeune entreprise française vient de lancer un verre connecté destiné à nos aînés. Ce verre connecté est révolutionnaire puisqu’une lumière alerte le senior pour lui rappeler de boire ET envoie des infos à un tiers (infirmier.e, aidant.e).

Ecouter le podcast

AGENDA

Le 2 Avril prochain, nous serons présents au SYNERPA Tour à Narbonne.

Venez nous rencontrer au Parc des expositions Avenue Maitre Hubert Mouly – Narbonne