Antoine Pas de commentaire

5 idées reçues sur la déshydratation

La déshydratation peut toucher toute la population, mais plus particulièrement les personnes fragiles comme les nourrissons et les personnes âgées ou malades. Auxivia vous éclaire sur les idées reçues sur la déshydratation.

Définition de la déshydratation

La déshydratation est un état physiologique. Ce dernier résulte d’une diminution conséquente de liquide au sein de l’organisme. Composé de sels minéraux et d’eau, ce liquide est essentiel à la survie de l’être humain. La déshydratation peut avoir des causes multiples comme une diarrhée, une maladie chronique, des vomissements, une exposition prolongée à une forte chaleur, etc. De nombreuses idées reçues circulent sur la déshydratation et sur la consommation d’eau minérale en générale. Auxivia revient sur ces fausses informations.

Déshydratation et idées reçues

Idée reçue n°1 : il faut attendre d’avoir soif pour boire

C’est FAUX ! En effet, lorsque l’on ressent la sensation de soif, il est déjà « trop tard ». Il est primordial de s’hydrater régulièrement dans la journée, à raison d’un litre et demi par jour (sauf contre-indication médicale). De même, certains aliments comme le melon ou la pastèque sont riches en eau et peuvent accompagner la prise hydrique classique.

Idée reçue n°2 : il faut boire de l’eau glacée

L’eau désaltère quelle que soit sa température. En revanche, en cas de canicule, mieux vaut boire frais, voire tiède. Autre bonne idée, boire un thé tiède en cas de fortes chaleur. Si vous avalez un verre d’eau glacée, l’estomac travaille beaucoup pour la réchauffer. Et il produit de la chaleur interne dont on n’a pas besoin.

Idées reçue n°3 : seuls les nourrissons et les personnes âgées peuvent être déshydratés

Malheureusement, la déshydratation peut toucher toute la population. En revanche, il est vrai qu’une population à risque existe. C’est le cas pour les très jeunes enfants et pour les personnes âgées et certains malades chroniques.

Idée reçue n°4 : le risque de déshydratation est présent qu’en été

Et non ! En période estivale, les fortes chaleurs peuvent effectivement être un facteur aggravant de déshydratation. Mais, l’hiver, notre vigilance étant moindre, le risque est bien réel, notamment chez les personnes fragiles. Il est donc crucial de boire suffisamment, été comme hiver !

Idée reçue n°5 : il n’y a pas de symptômes de déshydratation

Là encore cette idée reçue est fausse. En effet, il y a de nombreux symptômes de déshydratation.

  • Besoin d’uriner moins fréquent ;
  • Absence de larmes ;
  • Langue sèche ;
  • Lèvres et peau desséchées ;
  • Peau « grisâtre » ;
  • Enfoncement de la fontanelle (partie molle du crâne du nourrisson) ;
  • Diarrhées ;
  • Vomissement ;
  • Sang dans les selles ;
  • Crampes abdominales ;
  • Etat de forte fatigue.

A noter : cette liste est non exhaustive et ne saurait se substituer à l’avis d’un médecin.

Pour en savoir plus sur les solutions innovantes pour lutter contre la déshydratation chez les personnes âgées, contactez notre équipe. Nous vous présenteront notre verre connecté qui permet d’améliorer le suivi et traçabilité de l’hydratation.

Antoine Pas de commentaire

Bien vieillir : quelles solutions innovantes en 2019 ?

Le bien-être des seniors est donc une priorité. Auxivia revient sur la Silver Economie et notamment sur les innovations qui permettent ou permettront d’améliorer la prise en charge de nos aînés.

Qu’est-ce que la Silver Economie ?

Lancée en 2013 en France, la Silver Economie est une filière industrielle qui concerne l’ensemble des produits et services destinés aux personnes de plus de 60 ans. Également appelée « marché des séniors », la Silver Economie regroupe de nombreux secteurs tels que les structures pour personnes âgées, les services à la personne, l’habitat, la communication, le transport, la sécurité, les loisirs, l’hygiène, les voyages, les mutuelles, etc. Représentatifs de 30% de la population française à horizon 2030, les plus de 60 ans intéressent les entreprises. En effet, en 2018, les personnes âgées d’au moins 65 ans représentaient 19,6 % de la population (source Insee). La Silver Economie tente ainsi de répondre à l’enjeu du vieillissement afin de voir les territoires, les villes et les logements s’adapter aux séniors et leur offrir des soins, des services et des produits adaptés à leurs problématiques quotidiennes. Soutenue par le Gouvernement, la Silver Economie génère de nombreux emplois et investissements.

La Silver Economie au service du bien vieillir

De nombreuses entreprises se sont ainsi lancées dans la Silver Economie et des start-ups ont vu le jour pour offrir, elles aussi, leurs idées innovantes au service du bien vieillir. La plupart de ces offres technologiques ou de ces outils connectés servent au maintien à domicile ou aux EPHAD, aux USLD (unités de soins de longue durée), ou aux personnels infirmiers. Ainsi, le marché de la téléassistance a explosé ces dernières années, tout comme celui des objets connectés comme les bracelets connectés qui permettent d’alerter en cas de chute notamment. Des balances connectées ont elles aussi vu le jour pour éviter la dénutrition dont sont souvent victime les personnes les plus fragiles.

D’autres projets sont encore en phase de test ou d’élaboration. C’est le cas de la télémédecine qui commence petit à petit à faire son nid dans le paysage de la médecine traditionnelle. Les robots eux aussi seront surement de la partie d’ici quelques années.

D’autre part un rapport de Jean-Pierre Aquino (SFGG) et Marc Bourquin (FHF), commandé par le Conseil national de la Silver Economie, sur l’innovation numérique en gérontologie appelle à l’instauration d’un socle de prestations numériques dans les structures médico-sociales. Il s’agit d’un « pack technologique » permettant aux Ehpad, aux unités de soins de longue durée (USLD), aux résidences autonomie, aux résidences services et aux services d’aide à domicile de moderniser leur parc médico-social, d’offrir des services innovants aux patients et de réaliser des économies.

Zoom sur le verre connecté pour lutter contre la déshydratation

Parmi les nouvelles technologies inventées au service du bien vieillir, le verre connecté d’Auxivia. Véritable innovation, cet outil permet de lutter contre la déshydratation des personnes âgées notamment. Il s’utilise comme un verre classique, d’ailleurs, il peut être lavé en machine sans aucun problème. Son secret ? Il enregistre automatiquement et de manière fiable les prises hydriques des personnes suivies. Précis, il enregistre seulement l’eau bue et non renversée. De plus, il s’illumine pour rappeler le bénéficiaire de s’hydrater. Bien accepté auprès d’une population souvent réticente aux nouvelles technologies et qui n’aime pas être bousculée dans ses habitudes. Ce verre s’intègre parfaitement dans les EPHAD mais aussi au domicile des personnes âgées. La plateforme est gérée par les professionnels qui peuvent appliquer des objectifs journaliers et ainsi obtenir des résultats fiables quant à la prise hydrique des patients. Cela évite les hospitalisations liées à la déshydratation, mais aussi des soins comme la perfusion de réhydratation. Un bénéfice pour les seniors, mais aussi pour les professionnels de santé !

Les enjeux de la Silver Economie

Si de nombreuses innovations voient le jour, certains enjeux demeurent et doivent donc être contournés pour réussir à répondre positivement au défi du vieillissement. Les investissements doivent donc être importants pour mettre en place des services et objets adaptés aux besoins des personnes de plus de 60 ans. De plus, les structures médico-sociales ont parfois du mal à voir leur fonctionnement chamboulé par l’arrivée de ces nouveaux outils/services connectés. Les personnes âgées elles-mêmes sont souvent réticentes à ces nouvelles technologies dont elles ne comprennent pas toujours les bénéfices. Un travail d’accompagnement est donc à faire pour familiariser les séniors à ces outils qui leur permettront de voir leur bien-être s’améliorer.

C’est en sens que Silver Valley, premier cluster européen regroupant les acteurs de l’innovation dans la Silver Economie, s’est constitué. Cette association, dont Auxivia est membre du Bureau et du Conseil d’Administration, met par exemple en lumière chaque année, grâce à la Bourse Charles Foix, des projets prometteurs de la Silver Economie. Auxivia fut récompensé en 2017, ce qui a sensiblement amélioré sa notoriété.

Pour en savoir plus sur la Silver Economie et sur notre verre connecté, n’hésitez pas à nous contacter.

Antoine Pas de commentaire

La prévention de la déshydratation chez les patients atteints de maladies chroniques

Les personnes atteintes de maladies chroniques ont plus de risque de souffrir de déshydratation. Pourquoi ? Comment prévenir les risques chez ce type de patient ? Les réponses.

Les maladies chroniques sont des facteurs aggravant la déshydratation

Cardiopathie, cancer, maladie d’Alzheimer, affection respiratoire chronique, diabète… Les maladies chroniques regroupent les affections de longue durée qui peuvent être évolutives. D’après le ministère de la santé, en 2012, 37 % des plus de 15 ans, soit 19 millions de personnes, étaient atteintes d’une maladie chronique en France. Pour 13 millions de ces personnes, la maladie induit un retentissement dans leur vie quotidienne. Pour cause, les maladies chroniques peuvent générer une perte d’autonomie ou des incapacités. Ainsi, certains gestes du quotidien, comme se déplacer pour aller chercher un verre d’eau, se servir à boire ou boire, peuvent devenir compliqués en raison de la maladie. De plus, les traitements (notamment lorsqu’ils contiennent des médicaments diurétiques) peuvent aussi favoriser la déshydratation. C’est dans ce contexte que les maladies chroniques sont des facteurs de risque de déshydratation.

Zoom sur les personnes âgées atteintes de maladies chroniques

Chez les personnes âgées souffrant de maladies chroniques le risque de déshydratation est majoré. En effet, en plus d’une perte d’autonomie liée à la maladie, l’âge et les traitements peuvent également induire un risque de déshydratation. En effet, les seniors retiennent moins bien l’eau et le sel que l’adulte et ont une sensation de soif amoindrie. De plus les traitements, notamment diurétiques, peuvent aussi majorer le risque de déshydratation. C’est pourquoi, dans les établissements qui accueillent les personnes âgées, le personnel doit être extrêmement vigilants. Il en est de même pour les aides à domiciles.

Maladie chronique : comment prévenir la déshydratation chez les patients âgées ?

Pour prévenir la déshydratation des personnes atteintes d’une maladie chronique, le personnel soignant des établissements de santé ou les aides à domicile, doivent dans un premier temps informer les patients des facteurs de risque de la déshydratation. Ils doivent aussi les solliciter et les encourager à boire. Pour cela, ils peuvent instaurer des rituels, proposer différents types de boissons, conseiller les personnes sur la quantité d’eau à consommer par jour, etc. En cas de problèmes d’autonomie, ils doivent mettre en place diverses solutions pour faciliter l’hydratation (faciliter la prise en main des verres ou carafes, proposer de boire avec une paille…). Enfin, il s’agit aussi d’établir un suivi de l’hydratation des malades (notamment dans les établissements de santé).

Pour apporter une aide aux professionnels soignants dans leur travail sur le terrain, certaines innovations existent. Par exemple, Auxivia propose des verres connectés pour lutter contre la déshydratation. Leur fonctionnement offre de nombreux avantages. Les verres sont faciles à utiliser et ils rappellent à la personne de boire grâce à une alerte lumineuse. Pour les professionnels, ces verres permettent de suivre et contrôler l’hydratation des patients. En effet, les verres comptabilisent l’eau qui a été bue (et non renversée). Via une plateforme connectée, les données hydriques sont enregistrées et peuvent être personnalisées (objectif d’hydratation précis, alerte en cas d’hydratation insuffisante). Autant d’atouts, qui font des verres connectés d’Auxivia, un outil précieux dans la lutte contre la déshydratation des personnes âgées et/ou en perte d’autonomie.

Pour avoir plus d’informations sur nos verres connectés ou pour les mettre en place dans votre structure, n’hésitez pas à nous contacter.

Antoine Pas de commentaire

Verre connecté : quels avantages pour les professionnels de santé ?

Fondé en 2015, Auxivia a développé le premier service automatisé de suivi et de traçabilité de l’hydratation. Grâce à un verre connecté, le suivi hydrique des patients est mieux pris en charge. Quels sont les avantages de cet objet connecté pour les professionnels de santé ? Explications.

Antoine Dupont et Vincent Philippe fondent en 2015 Auxivia, une société qui développe et commercialise des solutions innovantes pour améliorer la qualité de vie et la prise en charge des personnes en perte d’autonomie en maison de retraite ou à domicile. Ils créent un premier service de suivi et de traçabilité de l’hydratation, basé sur des verres connectés afin de suivre plus efficacement la quantité d’eau bue par les patients. En effet, la déshydratation est une source importante d’hospitalisation de soins jugés invasifs tels que la perfusion et de coûts. D’autre part, la déshydratation a de graves conséquences sur les personnes les plus fragiles (fatigue intense, vertiges, risques de chutes, tachycardie, état confusionnel…). Ces dernières sont d’autant plus touchées par la déshydratation qu’elles ont une sensation de soif diminuée et oublient de boire.

Le verre connecté Auxivia, dont l’utilisation est similaire à un verre classique, incite les personnes suivies à s’hydrater grâce à un système lumineux qui se déclenche pour rappeler de boire. Ces verres comptabilisent l’eau bue (et non renversée) pour un suivi hydrique efficace. L’ensemble des informations collectées sont remontées sur une plateforme de suivi qui permet d’obtenir des données fiables et de fixer des objectifs personnalisés aux patients. En prime, l’interface s’adapte à d’autres logiciels de soins, cela permet une mise en place rapide et efficace du système !

Verre connecté, un outil de prévention et de surveillance

Auparavant, afin de suivre l’hydratation de patients, le personnel soignant s’appuyait en grande partie sur des fiches de suivi papier, peu fiables et chronophages, ainsi que sur les déclarations des patients. Or, ils se sont aperçus que ces derniers surestimaient la quantité d’eau bue. Le verre connecté permet aux personnels soignants d’avoir des données fiables sur les prises hydriques réelles des patients. Ces données sont essentielles et permettent ainsi de rectifier, déclencher ou annuler un protocole de soin. Le verre connecté est donc un allié efficace du personnel soignant dans la prise en charge des patients.

Le suivi de personnes en risque de déshydratation est facilité par le verre connecté qui enregistre quotidiennement les prises hydriques de manière fiable. Ces données sont disponibles sur une plateforme intuitive. De même, la quantité d’eau bue peut-être paramétrable et ainsi offrir aux patients des soins sur-mesure en fonction des pathologies. Une aide précieuse pour le personnel soignant qui peut suivre efficacement ces objectifs et se libérer du temps pour des soins plus techniques.

Le verre connecté améliore également les transmissions, que ce soit entre personnels soignants (infirmières, médecin, aides-soignants…), mais aussi entre le personnel, le patient et les familles. En effet, le personnel soignant peut avoir des difficultés pour suivre la prise hydrique sur 24 heures. Bien entendu, les équipes de jour et de nuit se transmettent les informations, mais, en cas d’oubli l’interface de suivi hydrique permet d’avoir des données fiables. Cela permet de mettre en place un protocole rapidement et d’agir en amont pour une prise en charge optimale des patients. De même, le verre connecté est un outil utile de prévention et de promotion de la santé notamment pour les patients et leur famille. Cela permet ainsi d’ouvrir la discussion sur l’hydratation et de sensibiliser les proches.

Valoriser le travail des soignants

Auxivia se préoccupe du bien être des patients ET du personnel médical. Le verre connecté a ainsi un double usage :  la prévention de la déshydratation chez les personnes dépendantes et/ou âgées, et une aide au quotidien pour le personnel soignant. Par sa facilité d’utilisation, son côté ludique et son interface intuitive, l’ensemble du personnel médical peut suivre de manière optimale les patients et transmettre des informations quotidiennes entre collègues ou aux familles des patients. Cet outil permet de valoriser le cœur de métier du personnel soignant : la prise en charge globale des personnes. D’ailleurs, cette dernière est optimisée grâce au verre connecté. En effet, les difficultés rencontrées pour suivre 24 heures sur 24 la consommation d’eau des patients sont rendues obsolètes grâce aux nouvelles technologies ! D’autre part, il ne faut pas négliger la nouvelle dimension « innovation » du métier de soignants, qui participe pleinement à son attractivité et dont AUXIVIA participe pleinement.

Toute l’équipe d’Auxivia a à cœur d’innover dans le secteur médico-social. Le verre connecté a ainsi été pensé pour valoriser les équipes soignantes, que ce soit en EPHAD ou en service à domicile. Il permet d’optimiser de manière précise et efficace la prise en charge des patients. S’inscrivant dans une véritable démarche du « bien vieillir », Auxivia travaille main dans la main avec les professionnels de santé pour répondre à leurs besoins et à ceux des patients. Pour en savoir plus sur notre verre connecté, n’hésitez pas à nous contacter ou à visiter notre site. Des plaquettes destinées aux professionnels sont à votre disposition. Vous pouvez aussi nous contacter via notre formulaire en ligne.

Antoine Pas de commentaire

Le coût de la déshydratation dans les EHPAD

Prévenir la déshydratation des personnes âgées est essentiel dans les EHPAD, car l’âge, et la perte d’autonomie sont des facteurs aggravant les risques de cette pathologie. Si ces structures médicalisées proposent une prise en charge de qualité, certaines technologies peuvent l’améliorer et réduire les impacts financiers liés à la déshydratation. Explications.

La déshydratation en chiffres

Rappelez-vous, en 2003, la France est touchée par une canicule exceptionnelle. Les températures records provoquent une véritable crise sanitaire. Selon l’Inserm, cette canicule aurait provoqué la mort de 19 490 personnes en France. Parmi les tranches de population les plus touchées ? Les personnes âgées, et notamment, les plus de 75 ans. À la suite de cet événement, les autorités prennent des mesures pour sensibiliser la population et mettent en place des procédures afin de limiter les risques sanitaires liés à la chaleur et à la déshydratation. Aujourd’hui, la prévention et les procédures mises en place semblent porter leurs fruits. Lors du dernier épisode de canicule de 2018 (deuxième été le plus chaud de l’histoire), 1 500 personnes seraient décédées des conséquences de la chaleur. Selon la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, aujourd’hui, 1 % des passages aux urgences seraient causés par des pathologies en lien avec la chaleur. Un chiffre qui grimpe à 3,7 % pour les plus de 75 ans. Parmi les personnes accueillies aux urgences en raison de la chaleur, la moitié souffre de déshydratation.

Concernant l’impact financier de la déshydratation, notamment pour les établissements qui accueillent des personnes âgées (particulièrement à risque), les chiffres manquent concernant les coûts liés aux moyens mis en œuvre pour prévenir la déshydratation. On sait seulement qu’en EHPAD, la déshydratation est l’une des cinq pathologies entraînant le plus de dépenses. En effet, 51 % des EHPAD auraient quotidiennement des résidents en perfusion (liée à la déshydratation). En moyenne, les traitements coûtent 750 euros par cas. Enfin, en cas d’hospitalisation, il en coûte en moyenne 6 000 euros… *

Déshydratation : quelle prise en charge dans les EHPAD ?

Au-delà de la chaleur, d’autres facteurs liés au vieillissement (diminution de la sensation de soif, altération des fonctions rénales), à des maladies et leurs traitements (médicaments diurétiques), ou à une perte d’autonomie (difficultés à se servir à boire par exemple) peuvent augmenter les risques de déshydratation chez les personnes âgées. Dans les EPAHD, le personnel soignant sait parfaitement reconnaître, prévenir et gérer ces risques. En effet, des procédures sont prévues et les équipes ont à cœur d’organiser avec soin la prise en charge de la déshydratation. Les équipes de ces structures mettent en place des dispositifs de veille permanents afin d’identifier les signes de déshydratation. Elles échangent entre elles pour faire circuler l’information, mais également avec les résidents et leur entourage. Elles informent sur les quantités à boire chaque jour. Elles proposent divers types de boissons (eau plate ou gazeuse, infusion, thé, café, bouillon, jus de fruit, etc.), et offre une alimentation suffisamment salée. Elles organisent et facilitent l’accès aux boissons. Elles incitent aussi à augmenter les quantités de boissons quand il le faut (hausse des températures, fièvre ou autres pathologies). Le but : s’adapter aux besoins et attentes de la personne accompagnée pour une prise en charge optimale. Or, une prise en charge de qualité nécessite du temps et des moyens…

Quelles solutions pour améliorer la prise en charge de la déshydratation dans les EHPAD ?

Afin d’améliorer la prise en charge de la déshydratation dans les EHPAD, Auxivia propose une solution innovante : des verres connectés. Leur fonctionnement offre de nombreux avantages pour les structures qui accueillent des personnes âgées. Pour les résidents, les verres sont faciles à utiliser (comme des verres normaux) et ils leurs rappellent de boire grâce à un signal lumineux. Il s’agit d’un outil motivant pour les patients. Pour les professionnels, ces verres permettent de suivre et contrôler l’hydratation des résidents. En effet, les verres comptabilisent uniquement le liquide qui a été bu (et non renversé). Via une plateforme de suivi, les données hydriques sont enregistrées et peuvent être personnalisées (objectif d’hydratation précis, alerte en cas d’hydratation insuffisante). Ainsi, les professionnels peuvent remonter beaucoup plus rapidement l’information et davantage adapter la prise en charge des résidents. De plus, la mise en place des verres connectés permet d’économiser des heures de suivi d’hydratation, sans pour autant en négliger la fiabilité. Enfin, la précision du suivi apporte une sécurité complémentaire pouvant permettre de limiter les perfusions et l’hospitalisation dont les coûts sont élevés.

Pour avoir plus d’informations sur nos verres connectés, ou pour les mettre en place dans votre structure, n’hésitez pas à nous contacter.

(*) Sources :